Supernova

Editions
Sortie en VHSprévue pour le début des années 90 mais annulée (Dagobert Vidéo - les fantastiques)
Synopsis

Il y a 16 ans, un vaisseau spatial extraterrestre s’est écrasé sur Terre et a transformé une ville japonaise en un cratère béant, tuant tous les habitants au passage. Depuis, cette ville nommée Gravity City s’est reconstruite. C’est là que vivent Supernova (Eiko Magami alias A-ko en VO) et Millie (Shiiko Kotobuki alias C-ko), deux lycéennes inséparables bien qu’elles soient totalement dissemblables. En effet, Supernova est une jeune fille au fort caractère et dotée de pouvoirs surhumains tandis que Millie est naïve et assez puérile.
Toutes deux font leur rentrée au lycée et se font tout de suite remarquer, notamment par Sinsilla (Biko Daitokuji alias C-ko en VO). Cette élève belle mais un peu dérangée décide alors de tout mettre en œuvre pour séparer les deux amies afin de se rapprocher de Millie (et plus si affinités...) Elle envoie d’abord ses camarades de classe tabasser Supernova mais celles-ci ne sont pas de taille. Étant doté d’un cerveau génial et étant issue d’une famille richissime, Sinsilla fabrique ensuite des robots géants transformables pour attaquer notre héroïne, là encore sans grand succès. C’est alors qu’une troisième force entre en action : des extraterrestres arrivent sur Terre avec leur vaisseau géant pour récupérer leur princesse... qui n’est autre que Millie !

Commentaires

Supernova - Project A-ko de son nom original, a connu un parcours peu commun, que ce soit de par ses origines ou de par la manière dont il nous est parvenu en France. Il faut savoir que ce long-métrage était au départ prévu pour être l’un des épisodes d’une série d’OAV érotique et inédite chez nous mais très connue des amateurs du genre, Cream Lemon. L’épisode en question devait mettre en scène un triangle amoureux lesbien. Finalement, il fut décidé de faire un anime grand public et le projet fut entièrement remanié, même si l’histoire du triangle amoureux fut conservée, de manière suggérée toutefois. On notera qu’au Japon le film est sorti conjointement avec Tabidachi : Ami Shûshô, une suite des OAV Cream Lemon mais non-érotique cette fois.

A la fin des années 80, une société japonaise nommée Gaga Communications qui cherche à exporter certains anime aux Etats-Unis mais aussi en Europe contacte AB Productions et leur vend un certain nombre de titres, destinés au marché de la vidéo. C’est ainsi qu’en 1991 AB Productions sort Cristal Triangle et la Cité Interdite. Mais le marché est encore trop confidentiel (le boom du phénomène « manga » ne démarrera que quelques années plus tard) et d’autres films déjà doublés resteront dans le placard. C’est le cas des films de Macross / Robotech et Ken le survivant, le film, qui seront édités tout de même quelques années plus tard, tandis que d’autres seront oubliés : Supernova / Project A-ko, dont il est question dans cette fiche, et Jûichi-nin iru!/They Were Eleven. Il serait heureux que les doublages français de ces œuvres soient enfin disponibles en vidéo, même s’ils sont de qualité assez moyenne. Project A-ko ne demeurera pas totalement inconnu dans nos contrées puisqu'il sera toute de même montré dans plusieurs conventions dans les années 90.

Aux États-Unis, le film a eu plus de chance et a connu un grand succès. Il est d’ailleurs ressorti récemment en blu-ray chez Discotek Media, dans une splendide version restaurée. Il faut dire qu’il est un concentré des anime des années 80 : de l’action, de la comédie, de la science-fiction, des robots et un soupçon d’érotisme. Surtout, il contient de nombreuses parodies et des références à des séries cultes telles que Ken le survivant (une des amies de B-ko est un sosie de Ken... mais avec des tresses !), Robotech/Macross (les robots transformables créés par B-ko) ou encore Creamy (la prof des héroïnes a la même coupe de cheveux mais en bleu) et Albator (le capitaine du vaisseau extraterrestre a les mêmes attitudes que le célèbre héros balafré). Le réalisateur et les animateurs se sont clairement fait plaisir avec ce film !

Quelques anecdotes : Le titre Project A-ko est une référence à un film hongkongais de 1983 avec Jackie Chan, Project A (Le Marin des Mers de Chine en VF). En japonais, le suffixe "ko" (qui est commun aux trois héroïnes) qui signifie "enfant" est très utilisé pour les prénoms de jeunes filles. Le film a glissé une petite référence à la série Cream Lemon dans une scène où l’on peut voir le patron et les travailleuses de la maison-close du 4ème épisode, épisode sur lequel a œuvré comme animateur Katsuhiko Nishijima (le réalisateur de Project A-ko). La bande-originale de Project A-ko a été confiée à trois musiciens, dont deux américains, si bien que les musiques sont assez différentes de ce qui se faisait dans les anime de l’époque. Il existe un manga en un seul tome qui adapte l’histoire du film. Pour finir, notons que ce long-métrage n’était sans doute pas destiné à être projeté dans les salles obscures puisqu’il a été produit en 4/3 et non en 16/9.

Le succès du film Project A-ko a engendré 4 suites, toutes sorties en vidéo sous la forme d’OAV : Project A-Ko 2 : Plot of the Daitokuji Financial Group (1987), Project A-Ko 3 : Cinderella Rhapsody (1988), Project A-Ko 4 : Final (1989) et Project A-Ko: A-ko the Vs (1990) [2 épisodes qui se déroulent dans un univers alternatif].

Doublage
Voix françaises (Studio SOFI) :
Dorothée JemmaSupernova
Stéphanie MuratMillie
Mireille AudibertSinsilla
Luq HametLe capitaine
Maurice SarfatiDick
Virginie LedieuLa prof
Jean-Paul SolalL'un des généraux
Jacques RichardL'un des généraux
Auteur : Arachnée
Doublage : Arachnée
Supernova - image 1 Supernova - image 2 Supernova - image 3 Supernova - image 4 Supernova - image 5 Supernova - image 6 Supernova - image 7 Supernova - image 8 Supernova - image 9 Supernova - image 10 Supernova - image 11 Supernova - image 12 Supernova - image 13 Supernova - image 14 Supernova - image 15 Supernova - image 16 Supernova - image 17 Supernova - image 18 Supernova - image 19


Project A-ko © Katsuhiko Nishijima, Kazumi Shirasaka / Studio A.P.P.P., Soeishinsha
Fiche publiée le 11 janvier 2022 - Dernière modification le 16 janvier 2022 - Lue 1308 fois