Houdini

Diffusions
1ère diff. Cable/Sat/TNT27 décembre 2014 (France 4)
Editions
Sortie en DVD / Blu-ray15 mars 2016 (Rimini Editions)
Synopsis

En 1886, dans la ferme de ses parents, Harry se livre à des tours de magie qu’il souhaiterait exécuter devant un vrai public. Mais pour participer au Grand Concours de Magie en vue de l’inauguration de la Statue de la Liberté, le jeune garçon doit être parrainé par un professionnel. Il profite alors de la venue en ville du magicien Tesla pour lui montrer ses capacités. Ce dernier accepte de le former et l’emmène avec lui à New-York, en compagnie de sa nièce Beth et d’Amrold, leur robot domestique.
Durant son apprentissage à l’art de l’illusionnisme, Harry – avec l’aide de Beth et Amrold – devra faire face à Geoffrey le Magnifique, un concurrent redoutable, mais aussi déjouer un complot visant les inventions de Tesla, mené par un mystérieux magicien du nom de Sinheart.

Commentaires

D’abord envisagé comme une série télé de 26 épisodes, Houdini est devenu un téléfilm de 52 minutes à la demande de France 3 qui le diffusa pour les fêtes de fin d’année 2014.
L’idée d’un projet autour du père de l’illusionnisme moderne fut initiée en 2011 par la scénariste Sydélia Guirao qui pratiquait la magie et évoqua le nom du personnage. La jeunesse de Houdini demeurant un mystère, le réalisateur Cédric Babouche profita de ce flou biographique pour développer un univers fantaisiste tout en rendant compte de la magie comme art de l’illusion, sujet jusqu’alors peu traité en animation. Cela passe par une esthétique steampunk présente dans les anachronismes volontaires, le design des décors ou les personnages du robot Amrold et du scientifique Tesla, ici représenté en magicien mentor de Houdini.

Ayant œuvré comme directeur artistique sur Yona, la Légende de l’oiseau-sans-aile de Rintarô, Cédric Babouche dresse avec ce téléfilm un véritable pont entre les écoles françaises et japonaises en rendant hommage à ses séries animées préférées comme Sherlock Holmes ou Lupin III, mais aussi à la saga de jeux vidéo Professeur Layton comme en témoignent la palette de couleurs toute en teintes brunes et sépia, le chapeau et la cape portés par Amrold, ainsi que la présence de l’acteur Martial Le Minoux (voix française de Layton) dans le rôle de Tesla. Malgré les contraintes budgétaires propres au format télévisuel, le résultat est une réussite artistique avec un beau travail de compositing mettant en valeur les personnages dans des décors mi-réalistes mi-impressionnistes à la Edward Hopper.
L’intrigue est efficacement menée, dynamique sans être expédiée, tout en intégrant de façon logique un aperçu des bases de l’illusionnisme qui a le mérite de n’être ni pontifiant ni trop didactique ; juste de quoi susciter la curiosité du jeune public qui voit alors la beauté de cet art et du travail qu’il réclame pour être maîtrisé. Et le film se veut la première pièce d’un projet transmédia que Cédric Babouche souhaite décliner en série télé comme prévu à l’origine, mais également en jeux vidéo sur tablettes, bandes dessinées, albums jeunesse, etc.

En 2016, les éditions Rimini le sortent en DVD en incluant les précédents courts-métrages d’animation du réalisateur, La Routine (2004) et Imago (2005).

Un grand merci à Cédric Babouche et Marion Claret pour le complément d’informations.

Auteur : Klaark
Houdini - image 1 Houdini - image 2 Houdini - image 3 Houdini - image 4 Houdini - image 5 Houdini - image 6 Houdini - image 7 Houdini - image 8 Houdini - image 9 Houdini - image 10 Houdini - image 11 Houdini - image 12 Houdini - image 13 Houdini - image 14 Houdini - image 15 Houdini - image 16


Houdini © Sydélia Guirao, Maxime Le Bras, Cédric Babouche / Dandelooo, 2 Minutes
Fiche publiée le 04 août 2019 - Lue 457 fois