Generator Gawl

Fiche technique
Nom originalGenerator Gawl (ジェネレイター ガウル)
OrigineJapon
Année de production1998
ProductionTatsunoko
Nombre d'épisodes12
AuteurTatsunoko Pro Planning Room
RéalisationSeiji Mizushima
ProductionHiroyuki Orukawa, Shôichi Yoshida
Producteur exécutifKenji Yoshida
ScénariiManabu Ishikawa, Fumihiko Shimo, Hidefumi Kimura, Akihiko Inari
PlanningShigeaki Komatsu, Kôki Narishima
Chara-DesignAkira Oguro, ...
Mecha-DesignKenji Teraoka
DesignYasuhiro Moriki (generators)
Direction de l'écritureHidefumi Kimura, Fumihiko Shimo
Conception / Rech. DécorsHiromi Kusanari, Hideyasu Narita, Tadashi Iwasa
CouleursHarumi Takahoshi, Yôko Mitsuhashi
Direction photographieKôtarô Yokoyama
MusiquesNorimasa Yamanaka
 
» Staff étendu
Editions
Sortie en VHS2001 (Dynamic Visions)
Sortie en DVD2004 (Dybex)
Synopsis

Trois garçons, Gawl, Ryo et Koji, débarquent à Ôju, une ville universitaire, afin d’y faire leurs études. Du moins c’est la version officielle car en réalité ils sont là pour... changer le futur de l’humanité ! Ils viennent en effet de l’année 2145 pour empêcher la 3ème guerre mondiale (durant laquelle une bonne partie de l’humanité a été éradiquée) qui a été déclenchée en 2007. C’est à cette époque qu’un scientifique, Takuma Nekasa, a découvert comment modifier les gènes des êtres humains pour créer des créatures surhumaines. Sa découverte sera vite récupérée par Auge, une firme peu scrupuleuse qui utilisera lesdites créatures, appelées generators, afin de les utiliser comme armes de guerre. Le but de Gawl, Ryo et Koji est de retrouver Takuma Nekasa et de le neutraliser (voire le tuer en dernier recours) afin d’éviter le conflit mondial.

Les trois garçons avaient prévu de se retrouver un an avant le début de la guerre mais, suite à une erreur, c’est seulement trois mois avant qu’ils débarquent dans le passé. Non seulement le temps leur est compté, mais ils découvrent avec stupéfaction que des generators sont déjà sur place, pour les empêcher d’agir. Il se trouve qu’une scientifique de la firme Auge (rebaptisée Kubere dans le futur), Ryuko Saitô, les a suivis afin de contrecarrer leur plan visant à changer le futur. Heureusement, Gawl est lui-même un generator (il peut se transformer et prendre une forme plus "animale"), ce qui permet au trio de combattre leurs ennemis. Mais leur secret est menacé par un danger d’une autre nature : leur jeune logeuse, Masami, qui étudie dans la même école qu’eux, et qui s’avère terriblement curieuse. Avec sa meilleure amie, la timide Natsume, elle passe son temps à espionner les garçons, leur faisant courir le risque d’être découverts...

Commentaires

Generator Gawl signait, à la fin des années 90, le retour du studio Tatsunoko (La Bataille des Planètes), qui était à la peine depuis les années 80 alors que c’était auparavant un studio phare de l’animation japonaise. Après plusieurs années où il n’avait plus rien produit pour la télévision (les seules productions récentes de la firme étaient des OAV), Tatsunoko revenait avec ce titre qui faisant écho à ses séries de "superhéros" emblématiques de son âge d’or : Tekkaman, Casshern et Polymer, des séries inédites en France mais dont nous avons eus des remakes réalisés plus tard (notamment Teknoman et Casshern Sins).
On retrouve donc un surhomme combattant les forces du mal, même si le scénario est plus travaillé que dans les productions précitées, avec des thèmes tournant autour de la génétique et de la bioéthique ou encore des voyages dans le temps et des univers temporels parallèles. Le terme de la série lorgne même du côté d’Evangelion avec un final original bien qu’assez tarabiscoté. Malheureusement, il faut attendre le 8ème épisode pour que l’histoire commence vraiment et qu’on en sache plus sur la mission des 3 héros, les épisodes précédents s’attardant sur un aspect "tranche de vie" très banal (on voit surtout les personnages évoluer au lycée - un épisode entier est même dédié à une fête de leur établissement) qui n’apporte pas grand-chose à l’intrigue. Du coup, la série étant très courte (12 épisodes), les rebondissements s’enchainent très vite dans sa seconde moitié et les idées intéressantes de la série sont peu développées. Il faut néanmoins reconnaître au crédit des scénaristes que les révélations de la fin de la série sont totalement surprenantes.

Visuellement, on est loin des productions de Tatsunoko des années 70, Gawl (dans sa version "transformée") et les autres generators évoquant davantage les monstres de la série d’OAV Guyver.
L’animation est dans la moyenne des anime de l’époque, en revanche le générique de début a été particulièrement soigné puisqu’environ 1300 celluloïds ont été nécessaires à la réalisation (pour comparaison, le générique de début de Gasaraki, qui date de la même année, en a nécessité environ 800).

Bien Generator Gawl ait été décliné en un manga de 2 tomes édité en 1998 et en un roman écrit l’année suivante par l’un des scénaristes de la série, il n’aura pas eu beaucoup de résonance au Japon et dans les pays où il a été importé. Le studio Tatsunoko attendra d’ailleurs 3 ans avant de proposer un nouvel anime à la télévision japonaise : The Soultaker, un titre plus original mais qui n'aura pas non plus beaucoup de succès. Seule la série d’OAV Karas, créée pour fêter les 40 ans du studio, remettra Tatsunoko sur le devant de la scène.

Liste des épisodes
01. Les visiteurs
02. L'autre visage du monde
03. Le démon caché sous l'horizon
04. Mémoires futures
05. Les formes de la discorde
06. La promesse
07. Secrets et mensonges
08. Le voyage du temps
09. La pluie tombe sur nous
10. La forêt des feuilles mortes
11. La fin de la tristesse
12. Ce qui va au delà du temps
Auteur : Arachnée
Listings : Gib
Sources :
http://www.dvdanime.net/ (images)
Generator Gawl - image 1 Generator Gawl - image 2 Generator Gawl - image 3 Generator Gawl - image 4 Generator Gawl - image 5 Generator Gawl - image 6 Generator Gawl - image 7 Generator Gawl - image 8 Generator Gawl - image 9 Generator Gawl - image 10 Generator Gawl - image 11 Generator Gawl - image 12


Generator Gawl © Tatsunoko Pro Planning Room / Tatsunoko
Fiche publiée le 20 janvier 2018 - Lue 847 fois