Violence Jack

Fiche technique
Nom originalViolence Jack (バイオレンスジャック)
OrigineJapon
Année de production1986-1990
ProductionDynamic Planning, D.A.S.T. Corporation, Soeishinsha, Ashi Production (OAV 3)
AnimationStudio 88
Nombre d'épisodes3
Auteur mangaGô Nagai
RéalisationIchirô Itano (OAV 1), Takuya Wada (OAV 2), Osamu Kamijô (OAV 3)
ProductionMasaru Umehara
ScénariiShô Aikawa (OAV 1 et 2), Takuya Wada (OAV 1 et 2), Mikio Matsushita (OAV 3)
Story-boardsSeiji Okuda (OAV 3)
PlanningTadao Masumizu, Naotaka Yoshida
Chara-DesignTakuya Wada
Direction de l'animationTakuya Wada (OAV 1 et 2), Moriyasu Taniguchi (OAV 3), Miyuki Inoue (OAV 3)
Direction artistiqueGeki Katsumata (OAV 1), Hiroshi Sasaki (OAV 2), Torao Arai (OAV 3)
CouleursKumiko Nakayama (OAV 3)
Direction photographieNorihide Kubota (OAV 1), Hideo Okazaki (OAV 2)
MusiquesKan Ogasawara, Hiroyuki Kôzu (OAV 2)
Adaptation françaiseGilles Coiffard
Editions
Sortie en DVD10 avril 2003 (Manga Vidéo)
Synopsis

Frappée de plein fouet par une comète dévastatrice, la Terre n'est désormais plus qu'une ruine où seule la loi du plus fort règne. Après ce "Grand Cataclysme", la folie s'est emparée des hommes qui sont retournés à leurs plus bas instincts. Les vestiges des villes sont infestés par les pillards de toutes sortes qui n'hésitent plus à tuer, voler et violer les poignées de survivants qui leur résistent, dans un bain de sang immonde...
Dans ce monde dégénéré où l'espoir de mener à nouveau un jour une vie normale s'éteint peu à peu, surgit un être mystérieux, répondant au nom de Violence Jack. Doté d'une force prodigieuse et d'une vitalité hors normes, ce colosse de la taille d'un ours et à l'allure évoquant un démon effroyable, éradique le mal partout sur son passage, à l'aide de son couteau gigantesque... Il semble être le seul espoir des malheureux...
Mais qui peut-il bien être, et quelle sombre mission doit-il accomplir ?...

OAV 1 : Evil Town
Prisonniers des souterrains depuis "le Grand Cataclysme", 3 groupes d'humains se battent pour survivre et tenter de regagner la surface. La famine et la maladie se font chaque jour plus présents et ces survivants ne respectent plus rien, dans cette communauté appelée désormais "Pandémonium"... Le secteur A, composé de policiers corrompus et villageois aux moeurs ignobles, est en guerre avec le secteur B, les MADS, d'anciens bikers à la solde du gigantesque et monstrueux Mad Saulus. Ils convoitent tous deux le secteur C, composé exclusivement de femmes. Celles-ci, violées et humiliées par les deux bandes, se trouvent pourtant un allié providentiel en la personne de Violence Jack, qui était prisonnier des souterrains depuis 6 mois. Le colosse va alors défier Mad Saulus et ses tueurs, afin de s'assurer qu'aucun déchet humain des deux premiers secteurs ne puisse atteindre la sortie de Pandémonium, tandis que les jeunes femmes menées par Aïla regagnent enfin la lumière du jour...

OAV 2 : Hell's wind
Jun Honô, une jeune femme innocente, roule une nuit en voiture avec son fiancé Tetsuya. Hélas, ils tombent dans une embuscade montée par le gang du vent infernal, des bikers qui ont perdu toute morale. Assistant à l'épouvantable exécution de son petit ami, abattu lentement à la tronçonneuse, Jun est ensuite violée par Gokumon, un des chefs du gang, et laissée pour morte, traumatisée.
Elle survit pourtant, et quelque temps après, endurcie et déterminée, elle décide de se venger. Le gang s'en prend maintenant à un village où il abat tous ceux qui lui résiste et ses membres kidnappent une jeune institutrice pour la violer dans leur antre... Le petit Saburo, ivre de douleur et de colère, n'écoute que son courage pour tenter de s'opposer aux pillards, mais il ne trouve aucun soutien chez les adultes, tétanisés. Violence Jack apparait alors et jure d'éliminer le gang... Mais Jun est déjà partie en direction de leur repaire...

OAV 3 : Slumking
Le Mandarin des taudis est un être gigantesque, aux allures d'ancien samouraï, qui règne sans partage sur les vestiges du monde. Ayant déjà affronté Violence Jack, leur combat s'est soldé par un match nul. Ivre de colère à l'idée qu'il existe un être aussi fort que lui dans le monde, il envoie les hordes de mercenaires qu'il commande à la poursuite du géant au couteau.
Harlem Bomber et ses troupes, une bande de marchands d'esclaves sexuels, se mettent ainsi en travers de la route de Jack. Leur affrontement titanesque donne lieu à un déluge d'horreur et de violence, tandis que Jack semble déterminé à éradiquer tous les hommes du Mandarin...

Commentaires

Violence Jack est un Manga créé en 1973 par Go Nagai, et est probablement à ce jour la plus grande entreprise dessinée de l'auteur. Plus de 40 volumes et des centaines de pages sortiront au fil des ans et mettront en place un des univers les plus monstrueux et traumatisants du célèbre Mangaka, allant bien au-delà de ce qu'on a parfois vu chez lui, comme si cette BD était un condensé de toutes les pulsions les plus noires, glauques et malsaines qu'on puisse trouver chez l'être humain...
Dans un monde post-apocalyptique, Violence Jack met en scène un homme gigantesque, aux origines obscures et à la quête floue. Invincible, peut-être même immortel, il mesure plus de deux mètres et manie un couteau d'une quarantaine de centimètres pour éliminer ses ennemis.
Les OAV qui naîtront tardivement, n'explorent qu'une infime petite partie du Manga, ne faisant que survoler les personnages et ne semblant être qu'un prétexte à montrer une violence épouvantable, marque de la BD d'origine... "Slumking" est la première OAV à voir le jour. Jack y est présenté comme un être graphiquement proche d'un démon, avec ses yeux jaunes et ses crocs acérés, comme on en voit dans toute l'oeuvre de Go Nagai. Bizarrement, ce dessin animé sera le troisième chapitre dans l'édition française. "Evil Town" et "Hell's wind", produits en 1988 et 1990, respectivement les épisodes 2 et 3, deviendront en France les épisodes 1 et 2... Le graphisme y change, et la qualité d'animation s'améliore...

Les trois chapitres reprennent quelques histoires du Manga, en les adaptant... "Evil Town", de loin la plus éprouvante des trois OAV, propose un déluge d'horreur, servi par une musique angoissante et rock, laissant au spectateur un sentiment de malaise et de claustrophobie. Elle sera très censurée dans le monde et carrément interdite en Australie ! Tout y passe dans le registre de l'insoutenable et de l'intolérable : du viol collectif aux démembrements, en passant par le meurtre d'enfants et le cannibalisme ! Rien n'est épargné, hormis peut-être les scènes de sexe, cachées par des mosaïques par les japonais (une autocensure classique dans ce type d'oeuvre au Japon).
Go Nagai s'autorise les pires actes et donne libre cours à ses pulsions les plus écoeurantes et on a parfois du mal à concevoir que tout ceci ait pu être produit en dessin animé.
Le combat final entre Jack et Mad Saulus reste toutefois intéressant graphiquement. Dès lors que le méchant s'est mué en démon après avoir dévoré son amant (un transsexuel abattu par Jack), les couleurs disparaissent pour ne garder que des tons de gris et de noir, parasités par des rouges vifs pour les giclées de sang. La fin de la lutte passe alors tout en rouge, proposant un Jack transparent et très graphique, offrant un parti pris visuel original, comme si l'abondance du sang avait entièrement coloré les personnages. On en sort le souffle coupé.
Les deux autres OAV sont plus classiques dans leur narration mais gardent le côté gore. Après la scène du meurtre à la tronçonneuse ouvrant le second chapitre (clairement un hommage au cinéma d'horreur, avec à la fois "Massacre à la tronçonneuse" et "Vendredi 13", le tueur étant un sosie de Jason), l'action devient moins vomitive, mais garde sa violence. Les scènes de viol, gratuites et gênantes, n'apportent rien à l'histoire et alourdissent la narration, là où le Manga propose un récit tout aussi ignoble, mais beaucoup plus profond. L'arrivée de Slumking (le Mandarin des taudis en VF), grand méchant de la BD, ne tient pas ses promesses non plus, et la série s'achève sans conclusion avec un Jack immortel (on lui crève l'oeil, on lui coupe le bras, mais il survit sans broncher)...

Malgré son côté outrancier et extrême, il est évident que Violence Jack, considéré comme une oeuvre perverse et choquante, aura largement influencé. Le point de départ de l'histoire et son personnage central évoquent naturellement le célèbre Ken le survivant (dont le Manga ne naîtra que bien plus tard), héritier probable de Violence Jack. Les deux oeuvres se distinguent tout de même par une violence plus surréaliste pour Ken et moins détaillée, là où le dessin animé de Nagai scie les jambes. La scène de début de l'OAV "Slumking" réalisée en 1986, avec ses crânes et ses morts dont s'échappent des boules de lumière (évoquant les âmes qui rejoignent le ciel) est très semblable à celle vue dans le film de Ken le survivant produit également la même année ! Qui s'est inspiré de qui ?!
Le film Dead Space Downfall s'inspirera aussi d'une des scènes de la 1ere OAV, reprenant ses codes graphiques lorsque les tueurs du secteur A poursuivent et sautent sur les jeunes femmes pour les violer, pour l'adapter à une de ses séquences monstrueuses...

Enfin pour l'anecdote, les origines de Jack sont dévoilées dans le dernier volume du Manga, où Go Nagai nous livre une surprise puisque le justicier gigantesque n'est autre que la réincarnation de Devilman, son héros fétiche, qui livre son éternel combat après la recomposition du monde contre son ennemi Satan, tandis que Slumking est celle de Zenon le démon. Le Manga de Violence Jack est ainsi vu par beaucoup comme la véritable conclusion du Manga originel de Devilman, puisque tous les personnages réapparaissent dans de nouveaux rôles torturés, et tout prend son sens dans cet univers aux connotations bibliques. Nagai ne s'arrête pas à ça puisque de nombreux personnages de ses autres BD apparaitront dans de nouveaux rôles tout au long du Manga (Jun de Great Mazinger, mais aussi Koji Kabuto (Alcor) !)

Liste des épisodes
01. Evil Town (1988 - 60 min)
Violence Jack – Jigokugai Hen
(Chapitre de la ville infernale)

02. Hell's wind (1990 - 60 min)
Violence Jack - Hell’s Wind Hen
(Chapitre du gang du vent infernal)

03. Slumking (1986 - 37 min)
Violence Jack ~Harem Bomber~
Doublage
Voix françaises (Studio de Saint Maur) :
Patrick BéthuneViolence Jack, Harem Bomber, Chef du gang du vent
Agnès ManouryAïla
Michel BlinMad Saulus, le Maire de Pandémonium
Jacques Albaretle Mandarin, Kawajiri, Gokumon du gang du vent
Françoise EscobarJun Honô
François CrétonSaburo l'enfant vengeur
Frédéric PopovicSauterelle le transsexuel, Joker
Auteur : Kahlone
Doublage : Arachnée
Sources :
DVD Violence Jack
HS Animeland spécial Go Nagai
Violence Jack - image 1 Violence Jack - image 2 Violence Jack - image 3 Violence Jack - image 4 Violence Jack - image 5 Violence Jack - image 6 Violence Jack - image 7 Violence Jack - image 8 Violence Jack - image 9 Violence Jack - image 10 Violence Jack - image 11 Violence Jack - image 12 Violence Jack - image 13 Violence Jack - image 14 Violence Jack - image 15 Violence Jack - image 16 Violence Jack - image 17 Violence Jack - image 18 Violence Jack - image 19 Violence Jack - image 20 Violence Jack - image 21


Violence Jack © Gô Nagai / Dynamic Planning, D.A.S.T. Corporation, Soeishinsha, Ashi Production (OAV 3)
Fiche publiée le 15 décembre 2014 - Dernière modification le 07 juin 2017 - Lue 3920 fois