Il était une fois... Windaria

Fiche technique
Nom originalDôwa Meita Senshi Windaria (童話めいた戦史ウインダリア)
Le guerrier des contes de fées Windaria
OrigineJapon
Année de production1986
ProductionKaname Production
Durée100 minutes
AuteurKeisuke Fujikawa
RéalisationKunihiko Yûyama
Assistant-réalisationShin'Ichi Masaki
ScénariiKeisuke Fujikawa
AnimationHideki Araki, Hiroaki Gôda, Hiroyuki Ikegami, Kazuaki Môri, Kazunori Nakazawa, Kei Hyodo, Minoru Tozawa, Mutsumi Inomata, Satoshi Isono, Satoshi Utsunomiya, Satoru Kobayashi, Shigenori Kageyama, Shinsaku Kozuma, Shôhei Obara, Taiichiro Yamamoto, Takafumi Hayashi, Takahiro Toyomashi, Takuya Wada, Toshihiro Kawamoto, Toshimitsu Kobayashi, Yasushi Tanaka, Norimoto Tokura, Ami Tomobuki
Chara-DesignMutsumi Inomata
Mecha-DesignShôhei Obara, Takahiro Toyomashi, Tomohiko Satô
Direction de l'animationMutsumi Inomata
Direction artistiqueGeki Katsumata
Direction du sonNoriyoshi Matsuura
LayoutTakafumi Hayashi, Kazuaki Môri
Direction photographieHiroaki Edamitsu
MusiquesSatoshi Kadokura
Direction de doublagePhilippe Roullier
CoordinationShigenori Kageyama (animation)
Editions
Sortie en VHSseptembre 1999 (Kaze)
Synopsis

Le monde de Windaria, qui tient son nom d’un arbre gigantesque qui semble vieux de plusieurs milliers d’années, est divisé en 2 nations : Lunaria et les Terres de l’ombre (Paro et Itha en VO). Le premier, gouverné par l’impératrice Guinebia, est un pays paisible, situé au bord de la mer, et à la végétation florissante. Le deuxième, gouverné par le roi Draco (Lanslot), est un pays fortement industriel, sis sur des collines, et à l’environnement hostile. C’est près des terres de l’ombre, dans un village neutre de la vallée (appelé Saki en VO) que vivent Izun (Izu) et Marine (Marin), deux jeunes gens mariés depuis peu. Alors qu’ils se rendent au marché pour y vendre leurs produits, un accident se produit : les vannes du barrage de Lunaria ont été ouvertes par un saboteur et la mer commence à s’engouffrer dans la ville. N’écoutant que son courage, Izun part fermer les vannes tandis que le saboteur, un envoyé des Terres de l’ombre, est arrêté et amené à l’impératrice Guinebia. Celle-ci, influencée par son conseiller, songe à se venger de Draco, ce qui déplait fortement à sa fille, la princesse Arahnas. En effet, la jeune femme entretient une liaison avec le fils de Draco, le prince Jill, et redoute qu’un conflit éclate entre leurs deux pays. Afin de ne pas peiner sa fille, Guinebia renvoie le saboteur chez lui et demande simplement au roi Draco de payer pour les réparations. Cependant, alors que Jill et Arahnas se promettent de ne jamais lutter l’un contre l’autre, leurs parents commencent à se préparer pour la guerre...

De retour au village, Izun reçoit la visite de Lagado, le conseiller de Draco, qui lui propose de devenir le messager qui permettra aux Terres de l’ombre de communiquer avec Lunaria. Si Izun a été choisi, c’est parce qu’il vit dans la vallée, un territoire neutre. Le jeune accepte alors cette mission, d’autant plus qu’on lui offre un fantastique véhicule volant. Mais Marine est beaucoup moins enthousiaste et tente de le faire changer d’avis. Voyant qu’elle n’y parviendra pas, elle lui offre un poignard légué par son père, afin qu’il puisse se défendre en cas d’attaque.


» Résumé complet


Commentaires

Bien que l’univers heroic fantasy dans lequel se déroule ce film soit on ne peut plus classique, cette œuvre trouve toute son originalité dans les thèmes adultes qu’elle aborde (la trahison, la soif de pouvoir, l’auto-destruction, le suicide, le deuil...). De plus, elle est à la fois poétique et tragique, comme un conte de fées qui se transforme en cauchemar, ce qui est souligné par le contraste entre le character design assez enfantin réalisé par Mutsumi Inomata (Yoko Leda) et la tournure dramatique que va prendre le film. Cette opposition se retrouve aussi dans les musiques symphoniques qui collent aussi bien aux moments d’allégresse qu’aux scènes poignantes, dans l'antagonisme masculin-féminin des deux royaumes (l'un gouverné par un homme et l'autre par une femme) ou encore dans l'hétérogénéité des décors et du mecha design, à la fois rétros et futuristes, qui font écho à notre monde sans lui ressembler vraiment. Enfin, il y a le fameux Windaria du titre, cet arbre millénaire qui a sans doute été témoin de bien des drames et qui apporte un mystère certain... L’aspect le plus marquant est cependant le romantisme désespéré qui a valu au film d’être surnommé le "Roméo et Juliette" japonais (et vous saurez pourquoi si vous lisez le résumé jusqu’au bout).

Ce film est sorti en France alors que la vague "manga" était en train de s’épuiser. D’ailleurs, à l’époque, le label Kaze ne sortait quasiment plus aucun anime et les autres éditeurs ne s’intéressaient qu’aux séries dites "nostalgiques". Ce contexte explique sans doute pourquoi Il était une fois... Windaria est passé complètement inaperçu alors qu’il avait remporté un grand succès au Japon.
La version éditée chez nous a été réalisée à partir de la version remaniée par Harmony Gold, société américaine qui était à la base de Robotech. Et celle-ci est pour le moins peu respectueuse de l’œuvre originale : ainsi, environ 8 minutes ont été coupées (dont une scène où Arahnas est nue pendant quelques instants), les chansons japonaises ont été remplacées par des musiques, certaines scènes ont été placées dans un ordre différent, les noms ont été américanisés et la voix d’un narrateur a été rajoutée pour combler les moments de silence ou les scènes où les personnages ne disent pas tout haut le fond de leurs pensées. Bref, le film a été infantilisé, bien que le résultat ne soit pas aussi horrible qu’on pourrait le penser en lisant ces lignes (du moins, tant qu’on n’a jamais vu le film dans sa version originale). On notera que Kaze a tout de même rendu aux personnages leurs noms japonais, ce qui est déjà un moindre mal.
A noter qu’il existe, au Japon, un roman racontant la même histoire et qui a été édité quelques mois avant la sortie en salles.

Doublage
Voix françaises (Studio Chinkel) :
Mike MarshallNarrateur, Caleb
Christine ParisMarine
Constantin PappasIzun
Frédérique MarlotArahnas, Juliette
Tony JoudrierJill
Cathy CerdaGuinebia, Célina
Hervé CaradecDraco, Lagado
Gérard BoucaronLe conseiller de Guinebia
Laurence BréheretFemme de Draco
Philippe RoullierDivers
Auteur : Arachnée
Doublage : Arachnée
Sources :
Animeland 38
Il était une fois... Windaria - image 1 Il était une fois... Windaria - image 2 Il était une fois... Windaria - image 3 Il était une fois... Windaria - image 4 Il était une fois... Windaria - image 5 Il était une fois... Windaria - image 6 Il était une fois... Windaria - image 7 Il était une fois... Windaria - image 8 Il était une fois... Windaria - image 9 Il était une fois... Windaria - image 10 Il était une fois... Windaria - image 11 Il était une fois... Windaria - image 12 Il était une fois... Windaria - image 13 Il était une fois... Windaria - image 14 Il était une fois... Windaria - image 15


Dôwa Meita Senshi Windaria © Keisuke Fujikawa / Kaname Production
Fiche publiée le 25 juillet 2013 - Dernière modification le 16 février 2017 - Lue 3507 fois