Devilman (Série TV)

(inédit)
Fiche technique
Nom originalDevilman (デビルマン)
OrigineJapon
Année de production1972-1973
ProductionTôei Animation, Dynamic Planning, TV Asahi
Nombre d'épisodes39
Auteur mangaGô Nagai
RéalisationTomoharu Katsumata
ProductionShin'Ichi Miyazaki
ScénariiMasaki Tsuji, Tadaaki Yamazaki, Susumu Takahisa, Toyôhiro Andô
PlanningYoshifumi Hatano, Ken Ariga
Chara-DesignKazuo Komatsubara
Direction de l'animationKazuo Komatsubara, ...
Direction artistiqueTomô Fukumoto
MusiquesGô Mizawa
Gén. VO interpreté parKeizô Toda, Vocal Shop (générique de début uniqument)
 
» Staff étendu
Synopsis

La tribu des démons, dirigée par l'effroyable Zenon, décide de sortir de sa prison de glace millénaire et de conquérir enfin la Terre. Pour cela, Zenon somme 3 de ses meilleurs guerriers de s'affronter afin que le vainqueur gagne le droit de s'emparer du corps d'un homme pour s'infiltrer dans la race humaine et semer le désordre.
C'est Devilman qui triomphe.
Celui-ci tue alors deux randonneurs dans l'Himalaya, le jeune Akira Fudo et son père, et fusionne avec le corps du premier, le ramenant du coup à la vie et changeant sa personnalité.
L'invasion secrète de la Terre peut commencer. Mais c'était sans compter la jolie Miki Makimura, une jeune étudiante dont Akira, et donc Devilman, va tomber amoureux...

Pour préserver Miki, Devilman trahit les siens et entreprend un long combat contre ses congénères qui, furieux, vont tenter un à un, à l'aide d'horribles stratagèmes, de vaincre leur ancien camarade, devenu une menace pour leurs rêves de conquête.

Commentaires

En 1972, Gô Nagai est un jeune Mangaka prometteur. Il vient de réaliser une bande dessinée qui rencontre un certain succès, Maô Dante... Une histoire horrifique de démons qui s'infiltrent parmi les humains.
Toei Animation, qui souhaitait réaliser un nouvel animé, est intéressée par le concept mais demande à Nagai de créer un personnage plus humanoïde que le gigantesque et trop bestial Maô Dante, afin de proposer une adaptation avec un héros plus identifiable pour le public.
Ainsi va naître Devilman...

Dans le manga, l'histoire reprend les thématiques inachevées de Maô Dante, mais dans un récit plus noir encore et inquiétant dans lequel Akira Fudo fusionne avec le plus fort des démons pour devenir mi-humain mi-diable et protéger la Terre d'une invasion programmée. Ce Manga, l'un des plus puissants de Gô Nagai, deviendra culte au Japon, et se terminera en apothéose dans un bain de sang, avec une conclusion inattendue...
Mais le dessin animé de Toei, qui reprend donc le personnage, et qui est mis en chantier exactement en parallèle à la publication de la BD, s'éloigne radicalement du ton et de l'esprit de celle-ci.
Les concepteurs font ici de Devilman un personnage qui évoque un peu les superhéros américains (superpouvoirs et slip coloré de rigueur !) et cèdent au schéma narratif classique de l'époque, avec un ennemi nouveau à chaque épisode.
Si la série, remise dans son contexte, garde un aspect violent (le héros Akira est tué dès le début !), elle reste à des lieues des déluges d'hémoglobine du Manga, et de ses morts atroces. Les deux histoires n'ont d'ailleurs rien à voir entre elles.

Concernant les personnages, on retrouve bien Miki et son petit frère Tare Makimura. Assurant le côté comique (pour le petit garçon) ou potiche (pour la fille) de ce type de série des années 70, ils ne connaitront évidemment pas le sort funeste de leurs homologues de papier. Zenon, le grand roi des démons, apparait sous une forme spectrale obscure et imprécise, à quelques épisodes près où il commence à ressembler à ce qu'on verra de lui dans le Manga au moment où il y apparait.
Quelques démons phares de la BD apparaissent aussi, comme Sirène ou Psycho Jenny, mais là encore, dans une histoire totalement aux antipodes du Manga. Ces deux démons connaissent également un sort très différent.
Enfin Devilman, s'il garde l'allure de son modèle, a davantage un design superhéroïque. Point de corps poilu à outrance ou de griffes acérées avec lesquelles il démembre ses ennemis, ici sa peau est verte, et de longues ailes rouges jaillissent de son dos. En outre, il lance des attaques, à la façon de ce qu'on connait en France dans Mazinger Z ou dans Goldorak, en criant le nom du coup porté !
Cela s'arrête là. Dans la série, nulle trace de Satan et du très important personnage de Ryo Asuka. La BD soulevait une problématique complexe et une réflexion intense totalement absentes de l'animé, qui se veut davantage tous publics avec des scénarios simples, parfois un peu enfantins, mais très prenants. Les apparences de certains protagonistes sont aussi revues pour ne pas trop choquer. La nudité de Sirène, par exemple, est ainsi totalement revue et présente un personnage beaucoup plus velu qu'il ne l'est dans sa version Manga ! Sa peau bleue (elle est de couleur chair à l'origine) la déshumanise encore davantage aux yeux des enfants...
Enfin certains démons sont tantôt un peu ridicules (design grotesque et grimaces un peu cartoonesques), tantôt réellement effrayants, à l'instar du dernier général Lacock, sorte de sorcière au visage changeant, très inspiré par les succubes et autres démons féminins parsemant l'oeuvre de Gô Nagai...

Au final, les deux mediums dédiés à Devilman, Manga comme Animé, coexistent parfaitement et obtiennent un statut culte dans leur pays d'origine. La fin de la BD, une des plus pessimistes de tous les temps, qui aura même inspiré Hideaki Anno et son Evangelion, ne sera bien sûr pas adaptée. L'animé se termine sur une promesse d'Akira de poursuivre les démons partout sur Terre, après qu'il a battu l'ultime garde du corps de Zenon, le démon God, qui ressemble beaucoup à Devilman...

Signalons que Devilman est le premier dessin animé sur lequel l'immense artiste Kazuo Komatsubara exerça ses talents comme character designer principal. Ce sera le début d'une longue collaboration avec Toei pour qui il dessinera les plus fameux héros de la Japanime de cette époque (on lui doit Albator le corsaire de l'espace et Goldorak notamment).
Il faudra attendre les années 80 pour que, toujours sous le trait de Komatsubara, l'histoire originelle de Devilman telle qu'elle est pensée par Gô Nagai dans le Manga, voit le jour sous forme d'OAV. Et par la suite, le personnage sera souvent décliné sous de multiples œuvres animées. Dans certaines, comme Devilman Crybaby, l'hommage à la version Toei est clair, puisque le Devilman vert et rouge apparait sous forme de clins d’œil...

Cette version de Devilman n'est jamais parvenue chez nous à l'époque. Si elle a vieilli et accuse désormais une animation et un design datés, elle reste pourvue du charme des années 70 et d'une certaine naïveté qui offrent un regard étonnant, parfois drôle, à cette histoire désormais connue du public français grâce à la publication, depuis, du Manga d'origine.

Liste des épisodes
01. Akuma Zoku Fukkatsu (la résurrection de la tribu des démons)
02. Yôjû Shirênu (le démon Sirène)
03. Yôjû Geruge (le démon Gelge)
04. Mashôgun Zannin (le démon général Zannin)
05. Nemureru Bijo Zorudoba (la beauté endormie Zoldova)
06. Rokuferu no Kubi (La tête de Rockfel)
07. Kyôfu no Ningyô dukai Zûru (Le terrifiant marionnettiste Zool)
08. Lyamon to Baû (Lyamon et Bau)
09. Nôha Yôjû Gondorôma (Le démon des ondes cérébrales Gondoroma)
10. Yôjû Gandê, Me Ga Aruku (Le démon Gandi, l'oeil qui marche)
11. Shinku no Yôka, Rafurêru (L'envoutante fleur écarlate, Lafleur)
12. Kaen Yôjû Faiamu (L'ardente bête Faim)
13. Hokori Takaki Mâmeimu (Le fier Mermane)
14. Kôri no Kuni e no chôsen (Défi au royaume de glace)
15. Yôjû Ebain, Senbon no Ude (le démon bête Ebain, aux mille bras)
16. Yami Ni Sumu, Yôjû Jieni (L'habitant des ténèbres, le démon Jenny)
17. Kitte Yôjû Dagon (Le démon Dagon)
18. Giniro no Mayako (Mayako l'agenté)
19. Yôjû Adaru, Ningyô Sakusen (Le démon Adal, le complot des marionnettes)
20. Saraba, Yôjû Dorango (Adieu, démon Dorango)
21. Yôjû Dorô wa Ningen ga Suki (Le démon Doro aime les humains)
22. Yôjû Mugâru, Genei no Majutsushi (le démon Mugaruu, l'illusionniste)
23. Yôjû Bera, Chibetto no kai (le démon Bela, le mystère du Tibet)
24. Yôjû Jakon, Iki Teiru Yûrei (Le démon Jakon, le spectre vivant)
25. Yôshôgun Muzan, Gakuen Dai Shûgeki (Le maléfique général Muzan, la grande attaque de l'école)
26. Hakugin no Yôjû, Rara (Le démon de la neige, Lala)
27. Yôjû Jueru, Hate Naki Yokubô (Le demon Jewel, désirs illimités)
28. Yôjû Miniyon, Akuma no Pendanto (Le démon Miniyon, le pendentif du diable)
29. Yôjû Kenetosu, Nazo no Nekkuresu (Le démon Kentos, le mystérieux collier)
30. Yôjû Faizeru, Kage ni Kurû (Le démon Vaiser, l'ombre folle)
31. Yôjû Kirusukii, Shinku no Senpû (Le démon Kilsky, la tornade pourpre)
32. Yôjû Orora, Kagayaku Rôugôku (le démon Aurora, lé prison pétillante)
33. Yôjû Uezâsu, Taiyô no Hanran (le démon Weathers, la révolte du soleil)
34. Yôjû Aruron, Kyofu no Makishi (Le démon Arlon, la terrifiante robe)
35. Yôgensui Reikokku, Kôre Ru Gakuen (Le démon Marshal Lacock, l'école gelée)
36. Yôjû Magudorâ, Sora Tobu Yôgan (Le démon Magdora, la lave volante)
37. Yôjû Uddodô, Okoreru Midori (Le démon Wooddow, la verdure enragée)
38. Yôjû Dorimûn, Tsuki wa Jigoku Da (le démon Dremoon, la lune est l'enfer)
39. Yôjû Goddo, Kami no Kiseki (Le démon God, les miracles de Dieu)
Auteur : Kahlone
Sources :
Le Wiki Devilman
Animeland HS Gô Nagai (1997).
Devilman (Série TV) - image 1 Devilman (Série TV) - image 2 Devilman (Série TV) - image 3 Devilman (Série TV) - image 4 Devilman (Série TV) - image 5 Devilman (Série TV) - image 6 Devilman (Série TV) - image 7 Devilman (Série TV) - image 8 Devilman (Série TV) - image 9 Devilman (Série TV) - image 10 Devilman (Série TV) - image 11 Devilman (Série TV) - image 12 Devilman (Série TV) - image 13 Devilman (Série TV) - image 14 Devilman (Série TV) - image 15 Devilman (Série TV) - image 16 Devilman (Série TV) - image 17 Devilman (Série TV) - image 18


Devilman © Gô Nagai / Tôei Animation, Dynamic Planning, TV Asahi
Fiche publiée le 18 décembre 2022 - Lue 2829 fois