Vision d'Escaflowne : le Film

Fiche technique
Nom originalEscaflowne (エスカフローネ)
OrigineJapon
Année de production2000
ProductionSunrise, Bandai Visual
AnimationSunrise, Bones
Durée110 minutes
AuteurShôji Kawamori, Hajime Yatate
RéalisationKazuki Akane
Assistant-réalisationYoshiyuki Takei
ProductionMasuo Ueda, Masahiko Minami, Minoru Takanashi
Producteur exécutifKen Iyadomi, Takayuki Yoshii
ScénariiKazuki Akane, Ryôta Yamaguchi
Chara-DesignNobuteru Yûki
Mecha-DesignKimitoshi Yamane
DesignYutaka Izubuchi, Shingo Takeba, Yoshinori Sayama
Direction de l'animationHiroshi Ôsaka, Hiroki Kanno, Toshihiro Kawamoto, Takahiro Komori, Tsunenori Saito, Akitoshi Yokoyama, Hirotoshi Sano, Kôji Sugiura, Hirokazu Yamada (assistant)
Superv. en chef de l'anim.Nobuteru Yûki
Direction artistiqueJun'Ichi Higashi
CouleursShihoko Nakayama
Direction photographieKazuhiro Okeda
MusiquesYôko Kanno, Hajime Mizoguchi
Adaptation françaiseJean-Christophe Léger
Direction de doublageHervé Caradec
 
» Staff étendu
Editions
Sortie en DVD9 août 2006 (Dybex)
Sortie en Blu-Ray Disc28 juillet 2011 (Dybex)
Synopsis

Dans les cieux d’un monde parallèle au nôtre et appelé Gaia, vole un navire de guerre transportant une gigantesque statue de pierre. C’est alors qu’un jeune garçon fait son apparition et attaque l’équipage. Il est en effet venu récupérer ce qui n’est pas en réalité une statue de pierre mais un robot géant : l’Escaflowne.
Ailleurs, sur Terre, une jeune lycéenne portant le prénom d’Hitomi se trouve sur le toit de son lycée et repense à un souvenir de son enfance : elle se souvient du jour où elle était à la gare avec ses parents quand le temps avait semblé s’arrêter et où elle avait aperçu un garçon étrangement habillé la regarder fixement et lui sourire avant que le temps ne reprenne son cours. Ce souvenir ne réconforte aucunement la jeune fille qui se sent terriblement déprimée et qui a même écrit une courte lettre à sa meilleure amie, Hikari, pour lui dire adieu. Celle-ci trouve la lettre et tente de lui faire renoncer à ses idées suicidaires. Mais malgré ses efforts, Hitomi se sent toujours mal et finit même par la repousser. Restée seule, elle entend une voix l’enjoignant à quitter ce monde pour celui de Gaia : elle est en effet l'élue, la déesse ailée grâce à qui l'antique prophétie se réalisera sur cette autre planète.
Soudain, des tonnes d’eau surgissent dans le lieu où se trouve Hitomi et celle-ci est submergée en quelques secondes. Après s’être enfoncée dans les abysses et avoir eu l’impression de se noyer, elle se retrouve dans un espace fermé et étroit : le cockpit de l’Escaflowne! Elle y est libérée par Van, le garçon qui avait attaqué l’équipage du navire volant et qui se trouve être le sosie du garçon qu’elle avait vu enfant, à la gare. Hitomi et Van n’ont pas beaucoup le temps de discuter car ils sont attaqués par les membres du Abaharaki, un navire volant commandé par Allen. Arrivés sur la terre ferme sans trop d’encombres, Van et Hitomi voient l'Escaflowne disparaitre sous leurs yeux, ne laissant derrière lui qu‘une pierre précieuse de couleur rouge et de forme allongée. Van est furieux et accuse Hitomi d’avoir fait disparaître le robot. Il s’apprête même à la tuer mais Allen intervient pour l’en empêcher. Selon lui, elle est la déesse ailée de la prophétie. Tandis que l’équipage de l’Abaharaki prend soin d’elle, Hitomi est recherchée par Folken, l’homme qui l’a fait venir sur Gaia. Il envoie ainsi un mercenaire, Dilandau, pour la lui ramener...

Commentaires

Ce film dérivé de la série Vision d'Escaflowne a été réalisé trois ans après la fin de celle-ci. Il ne s’agit pas d’une suite mais bel et bien d’un remake, qui est fidèle à la version télévisée uniquement dans les grandes lignes. En effet, on retrouve bien l’histoire d’une jeune fille transportée dans le monde Gaïa, en proie à une terrible guerre, et qui doit aider le jeune prince héritier d’un royaume dévasté par propre frère mais c’est à peu près tout. Le conflit a été largement simplifié et ramené à une simple lutte entre le clan des dragons blancs et celui des dragons noirs, les autres factions n’étant pas mentionnées. Le côté ésotérique a aussi quasiment disparu : Hitomi n’aura presque pas de visions dans le film et on ne la verra pas essayer de prédire l’avenir avec ses cartes de tarot. Sa personnalité a par ailleurs beaucoup changé : ce n’est plus la jeune fille insouciante et vive de la série mais une adolescente déprimée qui cherche une raison de vivre.
Les autres personnages ont aussi plus ou moins changé : Van est encore plus sauvage et torturé mais ressemble assez à son homologue télévisé tandis qu’Allen n’est plus le chevalier servant d’Hitomi et ne semble pas particulièrement pas intéressé par elle. Son rôle se borne à être le capitaine du Abaharaki. Il semble en couple avec Mirana bien que ça ne soit pas précisé clairement. Mirana quant à elle n'est plus une princesse, c'est une jeune fille rebelle au look sexy ! Merle suit toujours Van de manière pressante mais elle ne témoigne pas de jalousie envers Hitomi. Elle semble même accepter sa relation avec Van. L’Empereur Dornkirk n’existant pas dans cette version, Folken est son propre maître et le leader du clan du dragon noir. Ivre de vengeance parce que les astres lui ont préféré son frère, il est ici mu par une soif de nihilisme. On notera qu’il n’a plus de bras mécanique. A l’instar de Mirana, Dilandau voit ses origines passées sous silence : rien n’est révélé sur son ascendance, si ce n’est qu’il possède en lui le sang du dragon et qu’il a été recueilli par Folken alors qu’il était orphelin. Enfin, Draiden devient le propriétaire d'un bar où travaillent Naria et Eriya qui ne font qu’une apparition quasi anecdotique en tant chanteuses et danseuses !
Si Dornkirk a disparu, un personnage inédit, Sora, se rajoute à la liste des personnages. Elle remplace plus ou moins la fameuse machine parque en faisant des prédictions à Folken et en localisant Hitomi et l’Escaflowne. Elle a également un attachement qui semble de nature amoureuse avec Folken, mais cet aspect est cependant peu développé.

D’un point de vue graphique, le film s’éloigne là aussi de la série sans le trahir totalement : les dessins sont bien plus détaillés et le style shôjô disparait, de même que les longs nez qui ont été tant critiqués ! Les personnages ont ainsi l’air plus adultes et ressemblent à ceux du film X de Clamp. On les reconnait cependant sans difficulté, sauf peut-être Mirana. Les mechas ont également un design plus chargé, voire baroque. On n’en verra toutefois que deux : l’Escaflowne évidemment (et une version noire, le Black Escaflowne), qui ne fonctionne plus à l'Energist (énergie tirée du sang des dragons) mais avec le sang de son pilote et l’Alseides (mecha de Dilandau). Les combats sont donc peu nombreux mais ils sont très bien réalisés.
L’ambiance est plus sombre que dans la série, la violence est d’ailleurs plus présente (sauf être choquante pour autant), et il y a un certain nombre d’action à "grand spectacle". Le côté romantique passe à la trappe, même si la relation entre Hitomi et Van est bien développée.
Enfin, la plupart des musiques restent dans la lignée de celles de la série : on entend d’ailleurs le fameux thème martial où des chœurs scandent le nom d’Escaflowne. Toutes les musiques ne sont pas marquantes mais la bande originale, interprétée par l'orchestre philharmonique de Varsovie, est de très bonne qualité. La chanson qu'on entend à plusieurs reprises rappelle beaucoup le générique de fin de Réincarnations, elle est d'ailleurs interprétée par Gabriela Robin, qui chantait ce même générique (ainsi que celui de Macross Plus)

A noter que ce film, qu’on trouve parfois sous le titre de "Escaflowne : Une fille sur Gaïa" (traduction du titre américain semblerait-il) est le premier à avoir été co-produit par le studio Bones (Rahxephon). Étrangement, il n'a jamais été diffusé à la télévision française, et ce malgré le succès remporté par la série dans nos contrées.

Doublage
Voix françaises (Studio Chinkel) :
Naiké Fauveau-MellerinHitomi Kanzaki
Olivier JankovicVan Fanel
Jacques AlbaretFolken
Brigitte AubryYukari, Dilandau
Bruno MagneAllen Schezar
Patricia LegrandMerle
Bérangère JeanMirana
Yann PichonDryden
Thierry KazazianGadès, Téo, Jajuka
Valerie NosréeSora
Eric PeterNukushi, Général Adelfos
Auteur : Arachnée
Vision d'Escaflowne : le Film - image 1 Vision d'Escaflowne : le Film - image 2 Vision d'Escaflowne : le Film - image 3 Vision d'Escaflowne : le Film - image 4 Vision d'Escaflowne : le Film - image 5 Vision d'Escaflowne : le Film - image 6 Vision d'Escaflowne : le Film - image 7 Vision d'Escaflowne : le Film - image 8 Vision d'Escaflowne : le Film - image 9 Vision d'Escaflowne : le Film - image 10 Vision d'Escaflowne : le Film - image 11 Vision d'Escaflowne : le Film - image 12 Vision d'Escaflowne : le Film - image 13 Vision d'Escaflowne : le Film - image 14 Vision d'Escaflowne : le Film - image 15 Vision d'Escaflowne : le Film - image 16 Vision d'Escaflowne : le Film - image 17 Vision d'Escaflowne : le Film - image 18 Vision d'Escaflowne : le Film - image 19 Vision d'Escaflowne : le Film - image 20 Vision d'Escaflowne : le Film - image 21 Vision d'Escaflowne : le Film - image 22


Escaflowne © Shôji Kawamori, Hajime Yatate / Sunrise, Bandai Visual
Fiche publiée le 21 octobre 2015 - Dernière modification le 05 août 2016 - Lue 1986 fois