Biniky le Dragon Rose

Les documents

Biniky le Dragon Rose - Résumé complet de l'album original

L'histoire débute tout simplement sur la vue d'un œuf, perdu sur un iceberg, en Antarctique. Bien plus gros que tous les œufs que l'on peut trouver sur ce continent, il avait également une teinte quelque peu rosé. Les manchots et les albatros, pétrels et autres goélands dominicains qui vivaient en ce lieu, n'avaient pas la moindre idée de son origine, seulement qu'il était là depuis fort longtemps. Puis un jour, l'iceberg dériva un peu plus au Nord, jusqu'à atteindre des eaux plus chaudes. Les divers espèces d'oiseaux le peuplant le quittèrent pour retourner dans les glaciales régions bordant le continent austral. L'œuf, lui, resta seul sur l'iceberg qui se mit à fondre lentement. Sous l'effet de la nouvelle latitude, et après tant d'années d'immobilité, l'œuf commença à émettre quelques craquements, pour enfin éclore. La créature qui apparue alors était encore peu assurée, voire effrayée, en découvrant seule ce qui l'entourait. C'était une sorte de dragon des mers, déjà imposante par sa nature, mais rassurante par le rose qui lui colorait la peau.

Alors qu'elle observait son environnement, l'iceberg, qui n'était plus réduit qu'à un morceau de glace, roula sur lui-même après avoir essuyé une grosse vague. La créature se retrouvant à l'eau, et ne sachant pas nager, se débattait comme elle le pouvait pour se maintenir à la surface. Son tapage d'éclaboussures avertit un morse qui passait par là. Celui-ci lui demanda qui elle était, mais les larmes aux yeux, elle ne put lui répondre ne sachant rien de son identité, n'y du lieu qui la vit naître. Le morse l'a maintint à flot et lui apprit de suite à nager.

Après avoir réglé ce premier problème d'importance, celui de se mouvoir dans l'océan, le morse tenta de déterminer, à lui-même, et à la première concernée, qui elle était. Nageant autour du rose animal, et tout en l'observant attentivement, il lui dit qu'elle était trop grande pour être un thon, et trop petite pour être une baleine. L'absence de plume montrait également qu'elle ne pouvait pas être un oiseau, pas même un manchot, même si elle nageait. Le morse fut contraint de lui dire qu'il n'avait pas la moindre idée de son identité, ce qui chagrina la créature qui se mit à pleurer et à crier qu'elle devait bien être quelqu'un, qu'elle devait bien avoir un nom. Le morse, en l'absence de réponse, et pour la réconforter, lui donna un patronyme et la nomma Serendipity. Ne pouvant la laisser seule à elle-même, il lui proposa de l'emmener sur l'Île de Capri où il se dirigeait (hormis son nom, le texte ne précise pas si il y a un rapport avec l'île napolitaine, en mer Méditerranée). Peut-être que là-bas, parmi les poissons venant de toutes les mers du monde, y en aura-t-il un qui pourra éclaircir le mystère de son identité.

Leur voyage les amena ainsi dans les eaux plus chaudes de l'océan Atlantique. Mais un jour, au cours de leur nage, ils entendirent, au loin à l'horizon, un appel au secours. Ils se dirigèrent rapidement vers l'endroit d'où était émis la plainte. Ils y découvrir un dauphin pris au piège dans un filet de pêche. Serendipity demanda au mammifère comment il s'était retrouvé prisonnier du filet, et le dauphin lui répondit qu'il nageait près de l'Île de Capri, quand un pêcheur lui jeta ce cordage. Serendipity demanda à son ami le morse ce qu'il fallait faire, soit délivrer le dauphin ou continuer leur route sans se préoccuper de lui. Le morse lui répondit tout simplement que l'on devait apporter son aide quand on le pouvait. C'est donc ce qu'ils firent, mais alors qu'ils tentaient de délivrer le dauphin, les pêcheurs se rapprochèrent de leur filet, et après avoir invectivé le morse qui essayait de le couper avec ses défenses, ils essayèrent de l'en dissuader en lui jetant divers objet. N'écoutant que son courage naissant, et sans penser aux dangers, Serendipity s'approcha du bateau et le fit basculer, jetant ainsi à l'eau les pêcheurs. Ceux-ci ayant des difficultés à nager, il les remit sur leur embarcation. Les hommes s'enfuirent et le dauphin était libre (on soulignera que cette scène est représentée dans le deuxième épisode de la série d'animation, le dauphin devenant l'oncle Dolf, et les pêcheurs, Smug le pirate. Si l'album présente les humains sans les représenter et de manière négative, en gardant toutefois espoir, la série donnera au pirate, au fil de l'aventure, un peu plus d'humanité).

Le dauphin remercia Serendipity et le morse de l'avoir sauvé. Mais en regardant la créature rose, il lui dit ne jamais avoir rencontré un tel être vivant, contrairement au morse qu'il considérait comme un cousin. Serendipity lui confia alors qu'avec son ami aux grandes dents, ils avaient décidé d'aller à l'Île de Capri, où il pourrait peut-être se renseigner sur sa nature auprès des poissons du monde entier. C'est donc en trio qu'ils poursuivirent leur voyage.

Après quelques jours de nage, et nombre de lieues parcourues, ils rencontrèrent une zone maritime où la surface de l'océan était jonchée de détritus, comme des bouteilles et autres objets. De même, des flaques de pétrole flottaient allègrement dans cette région devenue une véritable poubelle. Serendipity fut étonnée de tout cela et interrogea son nouvel ami le dauphin. Celui-ci lui apprit qu'ils nageaient à ce moment-là dans des eaux proches des côtes, où les hommes vivants sur terre ont pris l'habitude de jeter leurs ordures à la mer. Serendipity, une peau de banane s'étant collée sur son nez, demanda s'il ne serait pas préférable de s'éloigner de ce triste paysage, ce que refusa le morse. Pour lui, on ne peut combattre une telle chose en s'en éloignant.

Plusieurs jours passèrent en ces eaux. La créature rose, en pleine croissance, grandit de plus en plus, jusqu'à devenir bien plus imposante que ses amis. La surface de son corps étant bien plus grande, elle attirait de ce fait beaucoup plus de détritus. Ne pouvant plus supporter d'être ainsi souillée, elle commença une série de mouvements, plongeant et replongeant encore pour se débarrasser de toutes les saletés et autres ordures recouvrant son corps. Sa puissance fut t-elle, que les vagues autour d'elle roulèrent avec fracas sur les côtes terrestres, jusqu'à ce que l'une des déferlantes entraine avec elle tous ce que les humains avaient jeté à la mer. Le rivage fut ainsi recouvert de toute cette pollution ainsi renvoyée à l'envoyeur. Ses amis rirent de cet exploit, et l'applaudir, espérant que dorénavant, cela fera réfléchir les hommes. Le trio continua alors sa route vers l'Île de Capri, leur chemin étant dorénavant libre de tout obstacle polluant.

Ils arrivèrent enfin à leur destination, croisement de tous les êtres marins du monde. Serendipity y rencontra diverses espèces, des baleines géantes aux minuscules crevettes, en passant entre autre par des saumons ou des thons. Le morse et le dauphin le quittèrent ici car ils avaient à faire ailleurs... Serendipity décida alors, pour savoir enfin qui elle était, de rencontrer les dirigeants de tous les poissons. Qu'elle ne fut pas sa surprise de trouver à cette place de gouvernants, ses amis le morse et le dauphin. Bien évidemment, elle les interrogea sur leur statut, et pourquoi lui avoir caché leur véritable identité, alors qu'ils savaient qu'elle recherchait la sienne.
Le dauphin lui dit qu'elle avait bravé bien des dangers, qu'elle était courageuse, et que c'était justement cela l'une des parties de son identité : son courage. Le morse, quant à lui, lui répondit qu'elle était Serendipity, et comme le signifiait son nom, elle avait gagné des richesses sans même les chercher.
Ces simples mots réconfortèrent Serendipity qui ne savait ce qu'elle allait faire maintenant qu'elle savait qui elle était. Étant la créature la plus grande de tous les poissons, ses amis la proclamèrent alors gardienne de toutes les mers. Son devoir sera dorénavant de protéger les océans contre les pollutions.




» Voir la fiche


Serendipity Monogatari Yori - Pure Shima no Nakama Tachi © Stephen Cosgrove, Robin James / Zuiyô Eizô
Fiche publiée le 12 septembre 2003 - Dernière modification le 18 avril 2017 - Lue 54281 fois