Peter le chat

Diffusions
1ère diffusion francophone3 juin 1985 (Super Écran)
1ère diff. Cable/Sat/TNTsamedi 30 janvier 1993 (Canal J)
Rediffusionsdimanche 31 janvier 1993 (Canal J)
Editions
Sortie en VHS1984 (Adès Vidéo)
1991 (Fil à Film)
Synopsis

Peter le chat est né en Suède dans une étable occupée par de nombreuses vaches, vivant ses premiers jours auprès de sa mère, en compagnie de ses frères et de ses sœurs. Hélas, Mr Larsson, le fermier qui prend bien soin de cette petite famille en la nourrissant du produit de l'exploitation est contraint sous la demande de son patron – celui-ci venant d'entrer sous la pluie dans ladite étable pour en discuter – de se séparer de la portée, entre autres sous prétexte de faire des économies de lait. Auprès de quelques connaissances, Mr Larsson pense trouver un foyer pour la plupart des chatons, mais quand il ne lui reste plus que Peter sur lequel s'interroger, il ne sait pas à qui s'adresser, pensant même le garder ce qui n'est pas du tout du goût de son employeur qui se moque de ce chaton dont la queue a été rongée par un rat. Peu après, sortant de l'étable avec Peter et s'arrêtant devant une barrique rempli d'eau, l'averse faisant place à une pluie fine, Mr Larsson est tenté de noyer le chaton quand, juste à ce moment-là, le père de famille qui lui a loué un logement – pour y passer quelques jours de vacances avec son épouse et ses enfants, Joël et Brigitte, déjà rentrés chez eux par le train, à Uppsala – passe au volant de sa 2 CV et s'arrête devant lui pour lui remettre les clés de l'habitation. Mr Larsson profite alors de cette occasion pour laisser Peter se faufiler subrepticement à l'arrière de l'automobile et donner ainsi au petit animal une chance de survivre.

Conduisant sa voiture sur le chemin de sa maison, le père de famille entend quelques bruits étranges dans son véhicule tout en ressentant une présence, puis il finit par s'apercevoir que quelque chose s'est glissé à l’intérieur du panier rempli de légumes. Arrivé chez lui, et prévenant sa femme et ses enfants qu'il y a peut-être un animal dangereux qui se cache parmi les aliments contenus dans le panier, la famille est agréablement surprise d'y découvrir un chaton. Malgré quelques réticences du père, il est assez rapidement décidé de garder le petit félin et ce plus particulièrement sur l'insistance de Brigitte qui en sera de fait responsable et qui lui choisit alors son nom qu'on lui connaît déjà.

C'est ainsi que Peter est adopté en son nouveau et chaleureux foyer, partageant d'agréables moments avec Brigitte qui, en s'amusant, lui apprend à lire et à chanter. Mais un jour, alors que Brigitte et Peter se promènent dans le parc de la ville et qu'il est temps de rentrer à la maison, un chien du genre bouledogue – et pour cause surnommé Brutus Bouledogue – aboie et court après Peter qui prend peur, fuyant de l'autre côté de la route sous les yeux de Brigitte qui finit par le perdre de vue. Peter parvient enfin à se défaire de son poursuivant, tout en évitant de peu de se faire renverser par un camion, en pénétrant accidentellement – par une planche mal fixée sur une barrière – dans le domaine de Pacha, un chat jouant les caïds, quelque peu roublard et qui n'hésitera pas à se moquer de Peter à maintes occasions de par la queue que ce denier n'a pas, mais aussi par convoitise. Justement, lors de cette première rencontre, Pacha lui présente Bella, une jolie chatte blanche. Peter tombe de suite sous le charme de celle-ci et, le soir même, il emprunte la petite guitare de Joël pour aller chantonner et faire la sérénade sous la fenêtre de sa belle comme le lui a suggéré Pacha qui s'est bien gardé de lui dire que cela pourrait déranger quelques voisins. Mais après les premières notes jouées par Peter, Bella lui conseille d'arrêter pour ne pas se faire remarquer et l'invite à diner chez elle. Pacha qui n'est pas très loin, motivé par la jalousie qui l'anime et oubliant le voisinage auquel il voulait exposé Peter, va lui aussi s'essayer à déclarer de la poésie sous la fenêtre de Bella, mais il finit trempé, arrosé par Oscar, un homme se reposant avec son épouse dans son jardin au clair de Lune, et ne supportant pas d'être dérangé par le miaulement des chats. C'est alors le début d'une grande rivalité entre Peter et Pacha ou plutôt, pour être plus juste et précis, d'une grande animosité de Pacha envers Peter...

Suite donc à cet incident très humide pour Pacha, ce dernier convoque tous les chats du quartier à une assemblée, annonçant l'arrivée d'un nouveau chat dans le secteur en la personne de Peter qu'il évoque sous un mauvais jour, tel un chef de bande perturbateur, imbu de lui-même et nourri gratis, et de souligner encore sa différence en son absence de queue, ce pour s'allier plus facilement la sympathie de la foule à son écoute. Pour montrer sa supériorité et celle de son assistance et se moquer encore de Peter, Pacha propose de créer de nouvelles attractions sous forme de tests ou d'examens psychologiques lors du Bal du printemps...


» Résumé complet


Commentaires

Comme son surnom l'indique, Peter est un chat sans queue (alors qu'il n'était qu'un chaton, un rat lui a mordu son appendice caudal ne lui laissant qu'une très courte partie de celui-ci). Hormis cette absence, il a une vie relativement normale – en dehors de quelques moqueries – qui se distingue sous deux formes. En effet, lorsqu'il est en compagnie de ses congénères, et tout comme eux par ailleurs, Peter agit comme un humain (c'est un personnage anthropomorphe), conversant debout sur ses deux pattes arrières et lorsqu’il est en présence des hommes, il se comporte comme un chat, sur ses quatre pattes et ne communique qu'avec de simples miaulements. Malgré cette distinction, on peut deviner dans un soucis de réalisme que, quoique utilisant le langage humain dans les scènes où il converse avec les siens, les personnages humains seraient censés n'entendre que des miaulements s'ils écoutaient.

La série littéraire des aventures de Peter dont est issu ce film comporte douze romans illustrés pour la jeunesse écrits entre 1939 et 1972 (la plus grande partie de l'oeuvre est publiée pendant, puis quelques années après le conflit mondial de 1939 à 1951, le personnage étant né préalablement en 1937 sur les ondes radiophoniques), chaque volume ayant été publié aux éditions Bonniers barnbibliotek : contrairement aux précédents dessinés par Lucie Lundberg (1908-1983), le dernier roman fut illustré par Lisbeth Holmberg-Thor (1941-) qui fera de même sur quelques autres petits recueils consacrés à Peter. Hélas, de par son importance et sa popularité dans la littérature jeunesse suédoise de l'époque – au même titre que Fifi Brindacier d'Astrid Lindgren –, on peut regretter que cette œuvre, même en partie, n'ait pas connu de traduction française. L'auteur Gösta Knutsson (1903-1973, écrivain, producteur et animateur de radio) et l'illustratrice Lucie Lundberg ont également conçu des albums jeunesse contant quelques aventures de Peter, ce en un format à l'italienne, dont en 1957 Pelle Svanslös och julklappstjuvarna (« Peter et les voleurs de Noël » mettant en scène les principaux personnages vus dans le film, mais aussi les trois enfants de Peter et Bella).

L'écrivain Gösta Knutsson s'est beaucoup inspiré de sa vie et de lui-même pour créer ce petit monde et le personnage de Peter (influencé par un chat de son enfance), de même que son entourage pour encore divers protagonistes de l'histoire qui se déroule à Uppsala (en Suède, près de Stockholm) où il a vécu tout le long de son existence, ce après s'y être installé pour suivre ses études (dans le film, on aperçoit plusieurs fois la cathédrale d'Uppsala représentée sur quelques plans avec beaucoup de soin). Les conditions de la création de cette œuvre en 1937-39 ont pour source, en partie, la montée du nazisme en Suède. Gösta Knutsson a ainsi voulu réagir artistiquement contre le national-socialisme dans une Suède qui était, à un certain degré, en dehors du conflit. Le personnage de Pacha (de son nom original Elake Måns) s'inspirait à ce titre de Hitler et Mussolini (le ridicule d'un tel protagoniste donne lieu à de nombreuses situations humoristiques, Pacha étant aidé en cela par ses deux « chats de main » Bill et Boule).
Évidemment, quatre décennies plus tard, l'adaptation du long-métrage d'animation gomme quelque peu de telles références (même si l'allocution de fin de Pacha peut faire écho aux discours de haine de Hitler) et actualise le petit monde de Peter dans l'époque contemporaine. A cet égard Jan Gissberg a reformulé le dessin des personnages avec un certain respect pour les illustrations originales même s'il s'en éloigne quelque peu en leur donnant une nouvelle vie : le Peter animé a notamment une partie de son visage couvert pour moitié de poils blancs, ce qui lui donne un côté espiègle appuyé encore un peu plus avec la casquette que lui offre Brigitte lui conférant, d'un point de vue français, un petit air de titi parisien. Le film puise également divers éléments de plusieurs aventures littéraires de Peter dont évidemment la première lorsqu'il est jeune, mais aussi le neuvième roman paru en 1947 où il fait la connaissance de Bella (de son nom original Maja Gräddnos), Gösta Knutsson s'inspirant pour la création de ce personnage de son épouse Erna Knutsson (née Eng) rencontré un an plus tôt en 1946.

Graphiquement et techniquement (de par notamment l'utilisation de la xérographie par Ruth Lasseby), ce film s'inspire quelque peu des oeuvres disneyennes telles Les 101 Dalmations et Les Aristochats, deux ouvrages aux compositions musicales jazzy. C'est également le jazz qui colore les aventures de Peter, la partition étant signée par le pianiste et organiste de jazz suédois Berndt Egerbladh (1932-2004), artiste qui avait déjà composé pour le grand écran, mais aussi le petit où il fut producteur. Outre ses œuvres personnelles, il a joué avec de nombreux grands noms du jazz dont quelques géants comme Jan Garbarek, Jon Christensen ou encore Terje Rypdal sur l'album The Essence (1966-67) de George Russell (il accompagnait ces artistes au vibraphone et au xylophone), ou sur l'un de ses albums en 1984 où il invita le contrebassiste Palle Danielsson.

On s'amusera encore à remarquer une certaine ressemblance entre le personnage de Pacha de par son allure et celui de Silbad dans Les Maitres du temps, ressemblance évidemment appuyée par la voix de Michel Elias qui doubla ses deux personnages à la même époque dans un registre relativement proche.

Le deuxième film Pelle Svanslös i Amerikatt (adaptation du troisième roman édité en 1941) réalisé en 1985 fut également doublé en français et connut une sortie dans l'hexagone en VHS, en deux éditions, l'une sous le titre Les Nouvelles aventures de Peter le chat (Initial - Club Juniors Collections, 1986) et l'autre sous celui de Polo en Amérique (Fil à Film, 1990). Au contraire du premier, ce deuxième long-métrage – au scénario plus décousu de par le rêve quelque peu surréaliste de Peter – ne semble pas avoir été diffusé sur Canal J. On regrettera hélas que le doublage de ce second métrage d'animation ne reprenne pas les acteurs français du premier et pour cause il a été réalisé au Québec où il fut notamment diffusé à la télévision le 23 décembre 1989, ce dans la programmation du célèbre « Ciné-Cadeau » de Radio-Québec actuel Télé-Québec (de même les noms des personnages n'ont pas été conservés).

Doublage
Voix françaises (Studio Chrismax Films) :
Marc FrançoisPeter, le patron de Mr Larsson, le pompier
Michel EliasPacha, le corbeau
Erik Colinle père de famille
Patrick PoiveyMr Larsson, Oscar
Jackie BergerJoël, le jeune garçon
Auteur : Captain Jack
Doublage : Captain Jack
Peter le chat - image 1 Peter le chat - image 2 Peter le chat - image 3 Peter le chat - image 4 Peter le chat - image 5 Peter le chat - image 6 Peter le chat - image 7 Peter le chat - image 8 Peter le chat - image 9 Peter le chat - image 10 Peter le chat - image 11 Peter le chat - image 12 Peter le chat - image 13 Peter le chat - image 14 Peter le chat - image 15 Peter le chat - image 16 Peter le chat - image 17 Peter le chat - image 18 Peter le chat - image 19 Peter le chat - image 20 Peter le chat - image 21 Peter le chat - image 22 Peter le chat - image 23


Pelle Svanslös © Gösta Knutsson, Lucie Lundberg / Swedish Film Institute, Treklövern HB, Sandrews, Teamfilm AS
Fiche publiée le 24 février 2015 - Dernière modification le 29 janvier 2017 - Lue 2238 fois
Winds of Web : création de sites internet - webmaster - web-design - référencement SEO